APPEL A CONTRIBUTION N°8 : COMME SOLITUDE ?


 

 

La solitude, se sentir et se savoir seul, abandonné du monde et étranger à soi-même, n'est pas une caractéristique exclusivement mexicaine. Tous les hommes, en un moment de leur vie, se sentent seuls ; ou mieux : tous les hommes sont seuls. Vivre, c'est se séparer de celui que nous avons été pour nous interner dans celui que nous allons être, dans un avenir toujours étranger. La solitude est le fond ultime de la condition humaine. L'homme est l'unique être qui se sente seul, et qui cherche l'autre. Sa nature (si l'on peut parler de nature à propos de l'homme, être qui s'est inventé lui-même en disant « non » à la nature) est de chercher à se réaliser dans l'autre. L'homme est nostalgie et quête de communion. C'est pourquoi, lorsqu'il se sent lui-même, il se sent comme absence de l'autre, comme solitude.

 

 

Octavio Paz.

 

La Dialectique de la solitude

in Le Labyrinthe de la solitude, nrf Essais, Gallimard, 1972.